Navigation | Archive » 2011 » novembre

Pages

Catégories

30 novembre, 2011

L’année de la grande débandade

marinelpcopie.jpg

 Il est probablement un peu tôt pour entamer un bilan de l’année qui démarre demain son douzième mois, mais une actualité touffue sur fond de perte de confiance des marchés qui veulent absolument gérer nos vies et nous suspendre au verdict de ses nouvelles sectes que sont les agences de notation nous y oblige. Que n’entendons-nous pas chaque instant sur la crise de la dette, creusée par des politiques irresponsables et dispendieuses ; il paraît que tous les pays sont sur le point de perdre le fameux triple A et que cela entraînera une crise sans précédent, la facture de ceux qui ont jeté de l’argent par les fenêtres, étant présentée aux peuples de la planète. Il paraît que nous avons trop dépensé et qu’il faut serrer les ceintures. Nous n’avons pourtant pas l’impression d’avoir vécu dans l’opulence ces dix dernières années, bien au contraire, les choses ont été de mal en pis pour la plupart d’entre nous et nous sommes de plus en plus à avoir touché le fond sans espoir de remontée. Si les chants désespérés sont les chants les plus beaux, les peuples désespérés sont eux les plus déterminés aux changements radicaux. Sur fond de campagne électorale ou les arguments les plus vils et les plus éculés ont commencé à voler bas, tandis que notre classe politique, prise entre ceux qui s’y voient déjà et ceux qui si voient encore, jette de l’huile sur le feu à pleines barriques. Une petite consolation cependant, si tous les pays perdent leur triple A, cela voudra dire que cette notation est obsolète et que ce triple A, ne valait pas tripette. Parions de suite que chez les communicants, on phosphore déjà sur pareil argument.      

Par aalph le 30 novembre, 2011 dans Non classé
Pas encore de commentaires

22 novembre, 2011

Les 500 signatures de Le Pen

3798832837686183247011591240174558299576121001951930n.jpg

Le Pen père nous a fait déjà le coup et Le Pen fille récidive en la matière, comme en bien d’autres, la dame est à la peine pour récolter les 500 signatures requises pour être candidate à l’élection présidentielle. Un moyen comme un autre d’apitoyer l’électeur et attirer l’attention sur le Front National. Car pour les signatures c’est bien sur acquis, et Le Pen père en a même refusé en 2007. Comme celle du conseiller général du canton de Sainte-Marie-aux-Mines, qui dans un élan d’humanisme avait signé pour son ancienne formation politique, signature refusée par ce parti. Un vrai luxe, teinté de vengeance pour celui qui des années plus tôt avait choisi Megret contre Le Pen, avant d’aller s’égarer dans un groupuscule régional. Le conseiller général espérait peut-être regagner le FN, à la place il a rejoint l’UMP. Bonne pioche, pour lui et sans doute moins pour le territoire. Pour qui signera-t-il en 2012 ? Cela reste mystère et boule de gomme.

Par aalph le 22 novembre, 2011 dans Non classé
Pas encore de commentaires

16 novembre, 2011

Pédalo dans la semoule

3168842943842339185751000004100284321067987229300171n.jpg

Quand les écolos et les socialos sont en bateau, c’est rigolo. L’accord à minima qu’ils ont conclu hier l’a été par Duflot et Aubry, leader de leurs partis, sur le dos des candidats Hollande et Joly. Surtout Joly. Car on suppose bien que Hollande a mis son nez là dedans et les pieds dans le plat avec. La candidate verte de rage, n’a plus qu’a avaler la couleuvre. Une de plus, lorsque l’ont voit les sondages dans lesquels elle est à la ramasse et un PS qui aimerait bien la voir renoncer et tout ceci sur une musique déjà entendue dans notre vallée au moment des dernières cantonales, il ne faut pas qu’il y ait trop de candidats. Nous avons vu le résultat, la moitié des électeurs ne se sont pas dérangés et le plus mauvais a gagné. Sacrés socialos qui vendent la peau de l’ours (des Pyrénées) et se partagent les morceaux avec des circonscriptions gagnables, enfin s’ils gagnent, car les snipers de la droite populaire qui n’est pas populaire du tout et plutôt d’extrême droite que de droite sont aux aguets et tirent sur tout ce qui bouge afin d’attirer les électeurs de Le Pen fille. Celle là même qui tente d’attirer la classe ouvrière et sa masse de chômeurs honnêtes à voter pour elle. C’est grand guignol. Pendant ce temps à l’Elysée, ou le locataire aimerait bien renouveler son bail, on propose un boulot de 7h par semaine aux allocataires des minima sociaux, payé 130 euros, par mois bien sur. Quel boulot ? on n’en sait rien. Comment on y va ? on ne sait pas non plus. Mais, sauf a bosser en bas de chez soi il faudra bien dépenser la moitié de 130 euros pour allez au turbin. Nos populaires proclamés, une manie non ?, n’y ont sans doute pas pensé. Et je vais arrêter de les prendre pour des billes, bien sur que si qu’ils y ont pensé, mais leurs propositions n’ont pour seul but que d’éloigner les regards des vrais problèmes, particulièrement du problème des licenciements boursiers, des patrons voyous, des videurs de bourses. Et les journalistes de relayer ces inepties, au lieu d’informer sur les avantages et les inconvénients de ses propositions. Il est grand temps que tout cela cesse, comme il est temps que cesse les plans de rigueurs qui font fuir la croissance, à peine le deuxième en moins de trois mois annoncé, on évoque un troisième quinze jours plus tard, preuve que les deux premiers ont été rédigés sur une nappe en papier d’un bistrot fréquenté par des personnages sans inspiration. Les économies annoncées rapportent moins que ce qu’elles coûtent, voilà tout. Pendant ce temps écolos et socialos font du pédalo en rêvant de leurs prochains ministères, de leur prochaine assemblée et observent un silence consternant, le candidat Hollande refuse même de débattre avec la vraie gauche, c’est navrant.

                      

Par aalph le 16 novembre, 2011 dans Non classé
Pas encore de commentaires

15 novembre, 2011

Riches et pauvres dans la galère

Ils se sont gavés pendant des années parfois pour leur clan, parfois pour leurs proches, parfois pour leur poche. Ou alors, il ont dépensé l’argent public à tort et à travers dans des réalisations inutiles et de coûteux procès généralement perdus à cause de leur fantastique improvisation. Il se sont nommés présidents d’un truc ou deux avec jetons de présence, se sont déclaré chefs d’entreprises, visionnaire touristiques, banquiers et percepteurs à la fois. Ils ont contracté des emprunts venimeux ou toxiques, pour boire de la limonade et s’extasier, entre eux toujours entre eux, sur leur génie auto-proclamé. Aux postes clés, ils ont nommé des copains et s’il n’en avait guère, des clampins flatteurs qui passaient par là avec de projets fumeux ou d’autres encore qui avaient envoyé leur CV par hasard. Ils se sont vautrés avec les médias qui complaisamment ont relayés des infos hasardeuses, basées sur le sensationnel, l’émotion et l’inutile. Aujourd’hui ils présentent la note avec une obstination qui frise la mono-maniaquerie. Et ils s’attaquent aux pauvres parce que les pauvres sont soumis, ne se défendent pas et sont prêts à dire merci à tout le monde pour un bol de soupe populaire. Evidement pour ces clopinettes pas question de donner la parole aux pauvres et aux futurs pauvres qui pourraient bien ne pas être d’accord avec l’avenir radieux que les décideurs imaginent pour leur clan. Un référendum à Athènes ? Vous n’y pensez pas, rappelez-vous donc les votes français et hollandais à cause desquels il a fallu tout recommencer le boulot. Alors les idiots du peuple et les sales pauvres, leur opinion on s’en fiche comme de notre première indemnité. J’entends que la campagne d’hiver des restaus du cœur va commencer. Vivant, Coluche aurait sifflé la fin de la partie et aurait sans doute estimé que les riches pouvaient payer pour les plus démunis. Sales riches, qui avec tout l’argent que les décideurs leur laisse, ils ne relancent même pas la croissance en s’achetant une deuxième Ferrari. C’est si bien la vie des riches, celle de madame Bettencourt, que sa famille veut mettre sous tutelle, qui se faisait enregistrer ses conversations téléphoniques par son larbin et qui recevait à sa table de charmants messieurs qui souvent repartaient avec des enveloppes kraft. Et son île d’Arros que certains ont tentés de lui piquer avant que, pugnace la vieille dame la récupère. C’est si bien la vie des riches. Sous tutelle, madame Bettencourt pourra regarder à la télévision, les mêmes émissions que les pauvres, son écran serra plus mieux, son canapé plus confortable que celui de Marcel dans son HLM, mais cela sera toujours question pour un champignon et l’île de la tentation de s’en mettre plein les fouilles. Vous voyez, la différence entre riches et pauvres, c’est juste une question d’argent. Mais il y a un genre de pauvre que n’aiment pas les décideurs, se sont les fraudeurs sociaux. Y’en a un qui a dit que cette fraude représentait 8 milliards d’euros par an. Drôlement bien renseigné ce ministre qui est depuis 10 ans sous les ores de la République. Avoir laissé partir 80 milliards d’euros par le seul biais de la fraude sociale, cela frise la complaisance. Des gens d’honneur auraient démissionnés, comme celui qui fumait pour 12000 euros par mois, c’était qui déjà. Bon je vous laisse, ce soir je vais chez Liliane regarder le match.

  

Les articles de ce blog sont généralement publiés également sur Facebook, ou mes amis peuvent laisser des commentaires. 

Par aalph le 15 novembre, 2011 dans Non classé
Pas encore de commentaires

La bourse, joyeusement

Mobilisation importante pour la bourse aux minéraux de Sainte-Marie-aux-Mines ; très rapidement une équipe s’est constituée avec l’association qui a été crée pour l’occasion et les adhésions vont bon train. Cela ravive notre vallée, capable de se mobiliser pour de grandes causes. Du coté des ex organisateurs, on ne devait pas s’attendre à une telle levée de boucliers. Puisque l’on ne peut rien faire, pour sauver nos entreprises, sauvons au moins notre âme se sont dit les bonnes âmes de notre village plus gaulois que jamais. Louons, une fois n’est pas coutume, l’engagement du conseil général 68 et du député, une classe politique unanime à défendre nos intérêts, qui sont un peu les siens aussi. Réjouissons-nous du fait que le dossier ait été porté par la ville ; s’il avait atterri à la villa les choses auraient eu un rythme moins rapide. Touchons du bois pour que cela fonctionne, l’enjeu est d’importance. Alors on y va.  

Par aalph le 15 novembre, 2011 dans Non classé
Pas encore de commentaires

8 novembre, 2011

Le peuple en banqueroute

J’entendais hier l’ânesse qui porte la sainte parole de la sarkoland, expliquer que grâce aux heures supplémentaires détaxées, les français (enfin ceux qui en font ) gagnaient 450 euros de plus par an en moyenne. 450 divisé par 12, ça fait 37,50 euros par mois. Un sacré pactole pour relancer l’économie. On se demande si les grognards du locataire de l’Elysée, réalisent les idioties qu’on leur fait dire. Mais celui qui n’a pas réussi à être Premier ministre, vient de nous concocter un plan d’austérité. Le père de la réforme des retraites ratée en 2003, vient de nous expliquer que la réforme des retraites version 2010 n’était pas trop une réussite, puisqu’il modifie encore l’âge du départ en le repoussant de 4 mois ; dans trois mois il fera de même, et ainsi de suite. Il paraît que ce monsieur veut devenir maire de Paris. Au vu de ce bilan globalement négatif, les parisiens auraient tort de se priver d’autant de compétences, du moins le pense-t-il. Ainsi donc afin d’éviter une faillite du pays et pour garder ce triple A, dont ont nous bassine les oreilles, le gouvernement met les français au régime sec. Les plus touchés sont les buveurs de soda, qui vont boire le calice jusqu’à la lie 1,5 de TVA et une taxe spécifique au produit. Géniale idée. Une autre grande idée, c’est la taxe sur les mutuelles, qui vont de fait augmenter. Très sympa pour les malades et pour tout le monde car il est assez rare de mourir en bonne santé. Bref, dans la poche des français, la case dépenses devient douloureuse et la case recette en pleine débandade. Si la France réussie à éviter la faillite, il n’en iras pas de même pour les citoyens qui voient chaque jour leur pouvoir d’achat diminuer et dont beaucoup sont déjà en banqueroute. Les caisses sont vides et elles sont vides dans tout le pays, y compris dans notre chère vallée, ou on a jeté l’argent par les fenêtres depuis des lustres. Nos délégués se retrouvent dans la situation de commerçant sans clients, il est urgent de baisser le rideau et de redéfinir de nouvelles bases en faisant preuve d’imagination. Mais cette qualité n’est pas la principale dans notre territoire. 

Par aalph le 8 novembre, 2011 dans Non classé
Pas encore de commentaires

Nouvel hymne pour le Val d’Argent

http://www.youtube.com/watch?v=PIW8boarcVE

Par aalph le 8 novembre, 2011 dans Non classé
Pas encore de commentaires

7 novembre, 2011

Rien sur Tellure

dscf0180.jpg

Une borne d’informations touristiques à Strasbourg. Je cherche une doc sur Tellure. Y’a pas.

Par aalph le 7 novembre, 2011 dans Non classé
Pas encore de commentaires

5 novembre, 2011

Sale temps pour les bourses

Crise de nerf, tout le monde a perdu son sang-froid avec les grecs et leurs voltes faces. Des décisions officielles, annulées quelques heures plus tard pour en prendre d’autres qui seront annulées également. Exercice de haute voltige pour les journalistes qui commentent à chaud et qui disent 2 heures après le contraire de ce qu’ils disaient 2 heures avant. En tous cas cette affaire grecque a littéralement bousillé le G20 qui devait-être le sacre du petit Nicolas sauveur du monde. Il aura bien tout tenté pour nous en convaincre, mais voilà qu’il donne plutôt l’impression qu’il n’est pas convaincu lui même. Il a tout de même annoncé la fin des paradis fiscaux, annonce faite en 2009 et 2008, preuve qu’il ne suffit pas de décréter pour que les choses se fassent. Et puis Sarkozy il en a tellement dit depuis presque 10 ans, que les français ne croient même plus le contraire de ce qu’il raconte. L’ennui c’est qu’ils ne croient pas non plus un parti socialiste dispersé et son candidat ravi de l’être, dont le silence pendant la crise grecque au G20, a fini par s’entendre. Et les bourses de dévisser beaucoup et de remonter un peu. La richesse s’atténue chaque jour pour les petits porteurs.

Notre richesse dans le Val d’Argent, déjà bien maigre va se tarir avec le départ précipité de notre bourse aux minéraux vers Colmar. Décision calamiteuse et scandaleuse pour notre économie très mal en point. Le maire de Sainte-Marie-aux-Mines, Claude Abel  a fait le déplacement jusqu’à Munich pour aller à la rencontre des exposants et promet une bourse bis. J’ai du mal a y croire, même si je soutiens cette initiative, je suis même volontaire pour aller à Tuckson. Sérieusement je constate que le projet Colmar est très avancé, que des exposants n’avaient pas de place à Sainte-Marie, et que l’accès à notre vallée était très encombré, dissuadant peut-être un public plus nombreux. Plus d’exposants, plus de public c’est plus de chiffre d’affaire pour les messieurs plus qui en veulent toujours plus. Et notre Abraracourcix, qui a bien raison de se décarcasser, va se retrouver dans la peau d’un salarié du Geprom, d’un parent d’élève des Lucioles. Mon grand père disait « Gros Jean comme devant ».   

Par aalph le 5 novembre, 2011 dans Non classé
Pas encore de commentaires

3 novembre, 2011

Les agitateurs

A Sainte-Marie-aux-Mines et ses environs, lorsque l’on n’est pas d’accord avec l’ordre établi, les politiques menées, les dépenses publiques et tout un tas d’autres choses, il existe un petit vocable, peu usité par ailleurs, on vous qualifie volontiers d’agitateur. Ce qui est partout une amabilité devient dans la bouche des casques à pointe de la moralité, une sentence. Il suffit juste d’y mettre une pointe de mépris. Aux dernières municipales on ne se privait pas d’utiliser ce terme à mon égard, surtout du coté de printemps 2008. Mis à part trois élus, il ne reste pas grand chose de ce printemps raté et ce ne sont pas des communiqués de presse bien tardifs qui rétabliront la situation de cette équipe. Faut-il rappeler que les agitateurs ont souvent sauvé le monde de la crasse inconfortable dans laquelle des élites auto-proclamées s’empressent de nous fourrer ? Regardez la crise de l’euro. Il suffit qu’un démocrate se lève et déclare faire un référendum, pour que le séisme soit là et bien plus important que la crise de l’euro. N’empêche que j’aurais bien aimé voir la tête de Sarko quant il  a appris la décision des grecs. Au moment ou j’écris ses lignes sur mon vieux PC prêt à rendre l’âme, les huiles sont en réunion sur la croisette et il faut bien parier qu’elles font tout pour que les grecs renoncent à leur projet insensé, une idée d’agitateur à coup sur. Agitateurs c’est aussi le mot qui a été mis en avant pour désigner les parents d’élèves de l’école maternelle des Lucioles, seulement inquiets de l’avenir de leurs enfants ; ils ont exprimé leur inquiétude de manière pacifique, mais le mot d’agitateur a du faire avoir des sueurs froides à certains responsables, imaginant à tort que des excités allaient mettre la maternelle à feu et à sang. Tout cela n’est pas sérieux, mais les politiques menées sont tellement irréalistes que ceux qui sont chargés de les mettre en place craignent des retombées douloureuses. En attendant du coté des Lucioles chacun est resté figé sur ses positions et en ce jeudi de rentrée des classes les bambins vont reprendre le chemin de l’école. Mais tout cela laissera naturellement des traces. Les agitateurs, que l’on appelle aussi des indignés ont commencé la révolution citoyenne, pacifique, écologiste. Ils ne vont pas s’arrêter de sitôt, même avec la victoire, probable mais par défaut, d’un Hollande qui vient de dire aux grecs la même chose que Sarkozy. Ce n’est pas la première fois et évidemment pas la dernière. 

Par aalph le 3 novembre, 2011 dans Non classé
Pas encore de commentaires

12

Mouvement des Jeunes pour l... |
Autrement |
Pour réfléchir à plusieurs ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chaire de recherche en étud...
| bucephal77500
| Séjour solidaire entre géné...