Navigation | Riches et pauvres dans la galère

Pages

Catégories

Riches et pauvres dans la galère

Ils se sont gavés pendant des années parfois pour leur clan, parfois pour leurs proches, parfois pour leur poche. Ou alors, il ont dépensé l’argent public à tort et à travers dans des réalisations inutiles et de coûteux procès généralement perdus à cause de leur fantastique improvisation. Il se sont nommés présidents d’un truc ou deux avec jetons de présence, se sont déclaré chefs d’entreprises, visionnaire touristiques, banquiers et percepteurs à la fois. Ils ont contracté des emprunts venimeux ou toxiques, pour boire de la limonade et s’extasier, entre eux toujours entre eux, sur leur génie auto-proclamé. Aux postes clés, ils ont nommé des copains et s’il n’en avait guère, des clampins flatteurs qui passaient par là avec de projets fumeux ou d’autres encore qui avaient envoyé leur CV par hasard. Ils se sont vautrés avec les médias qui complaisamment ont relayés des infos hasardeuses, basées sur le sensationnel, l’émotion et l’inutile. Aujourd’hui ils présentent la note avec une obstination qui frise la mono-maniaquerie. Et ils s’attaquent aux pauvres parce que les pauvres sont soumis, ne se défendent pas et sont prêts à dire merci à tout le monde pour un bol de soupe populaire. Evidement pour ces clopinettes pas question de donner la parole aux pauvres et aux futurs pauvres qui pourraient bien ne pas être d’accord avec l’avenir radieux que les décideurs imaginent pour leur clan. Un référendum à Athènes ? Vous n’y pensez pas, rappelez-vous donc les votes français et hollandais à cause desquels il a fallu tout recommencer le boulot. Alors les idiots du peuple et les sales pauvres, leur opinion on s’en fiche comme de notre première indemnité. J’entends que la campagne d’hiver des restaus du cœur va commencer. Vivant, Coluche aurait sifflé la fin de la partie et aurait sans doute estimé que les riches pouvaient payer pour les plus démunis. Sales riches, qui avec tout l’argent que les décideurs leur laisse, ils ne relancent même pas la croissance en s’achetant une deuxième Ferrari. C’est si bien la vie des riches, celle de madame Bettencourt, que sa famille veut mettre sous tutelle, qui se faisait enregistrer ses conversations téléphoniques par son larbin et qui recevait à sa table de charmants messieurs qui souvent repartaient avec des enveloppes kraft. Et son île d’Arros que certains ont tentés de lui piquer avant que, pugnace la vieille dame la récupère. C’est si bien la vie des riches. Sous tutelle, madame Bettencourt pourra regarder à la télévision, les mêmes émissions que les pauvres, son écran serra plus mieux, son canapé plus confortable que celui de Marcel dans son HLM, mais cela sera toujours question pour un champignon et l’île de la tentation de s’en mettre plein les fouilles. Vous voyez, la différence entre riches et pauvres, c’est juste une question d’argent. Mais il y a un genre de pauvre que n’aiment pas les décideurs, se sont les fraudeurs sociaux. Y’en a un qui a dit que cette fraude représentait 8 milliards d’euros par an. Drôlement bien renseigné ce ministre qui est depuis 10 ans sous les ores de la République. Avoir laissé partir 80 milliards d’euros par le seul biais de la fraude sociale, cela frise la complaisance. Des gens d’honneur auraient démissionnés, comme celui qui fumait pour 12000 euros par mois, c’était qui déjà. Bon je vous laisse, ce soir je vais chez Liliane regarder le match.

  

Les articles de ce blog sont généralement publiés également sur Facebook, ou mes amis peuvent laisser des commentaires. 

Par aalph le 15 novembre, 2011 dans Non classé

Mouvement des Jeunes pour l... |
Autrement |
Pour réfléchir à plusieurs ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chaire de recherche en étud...
| bucephal77500
| Séjour solidaire entre géné...